L'art est un meilleur placement que les actions

Le marché de l'art évolue parallèlement à la Bourse, notre indice est corrélé au S&P500. Il est devenu un enjeu de pouvoir : la Chine est numéro un depuis 2010, les États-Unis numéro deux, et la France qui, en 1962, représentait 54% du marché de l'art, ne pèse plus que 4%. Le marché de l'art français devrait s'interroger quand en une simple journée à New York se réalise une année du chiffre d'affaires de la maison France. Le marché a du ressort, il avait mis dix ans à se remettre de la crise des années 90, il ne lui en a fallu que deux après celle de 2008. Le temps joue en faveur de l'art comme du luxe. Quand vous achetez un bien, il se dévalorise au fil du temps, les assureurs lui appliquent un coefficient de vétusté. Il faudrait a contrario appliquer un coefficient de bonification aux oeuvres d'art.

 © Site Créé par Gérard Dominati et Patrick Baron

  • Facebook Social Icon